Le mail remplacé par le réseau social… si vite ? Peut-être encore plus vite au final !

Par Alain Garnier, CEO de Jamespot

Il aura fallu que Thierry Breton, ancien ministre et aujourd’hui PDG d’ATOS, lance le projet de remplacer le mail par le réseau social pour que cela fasse le tour du landernau et que le réseau social d’entreprise fasse autorité. Et ce ne sont pas les multiples reprises et réactions sur les blogs, ou encore dans les médias, qui diront le contraire.

Nous entendons souvent que nos élites « ne comprennent rien « au numérique » jusqu’au jour ou Le Contre Exemple entre en scène. Avec ce projet d’entreprise, Thierry Breton accélère un mouvement déjà en route en lui donnant une vision concrète, un cadre et donc une réalité.

Oui le mouvement du transfert du mail vers le réseau social est en bien marche. Pour preuve, Le Monde écrivait très récemment dans une manchette « englobante », « Les réseaux sociaux ont détrôné les mails aux Etats-unis ».

Quand on y regarde de plus près, il s’agit avant tout d’un mouvement qui touche d’abord massivement les jeunes, qui se sont détournés du mail au profit de la messagerie intégrée à la Facebook (et ce mouvement s’étend à une vitesse Fastbookienne… ).

Pourquoi ? Tout simplement, parce qu’avec un réseau social, deux effets structurants qualitatifs apparaissent.

1er effet : Un carnet d’adresse autoréférentiel

Par construction, un réseau social créé votre carnet d’adresse interne au réseau, et ce sans effort comparé à une messagerie qu’il faut entretenir et mettre à jour continuellement. Le réseau social permet la mutualisation cette mise à jour et la confie au principal intéressé. En effet, qui mieux que vous sait que vous avez changé d’adresse ? Et comment vos amis, collègues ou autres peuvent le deviner ?

2ème effet : Le (quasi) temps réel

Un réseau social accélère la diffusion des messages. Par le mail traditionnel, on envoie un message (ce qui provoque un premier laps de temps entre la fin de la frappe et la mise à disposition sur le serveur) qui va de quelques secondes à quelques minutes en fonction des réglages de votre client eMail. Puis à nouveau un transit entre le réseau, et le laps de temps pour télécharger le mail de l’autre côté. En moyenne, les emails sont vérifiés/envoyés toutes les 5 minutes. D’où une « latence » globale de 10 minutes… Pour un réseau social, c’est l’instantané qui prévaut. A supposer que deux personnes soient connectées en même temps, alors le temps de latence est quasi nul entre l’envoi et la réception de l’alerte.

Dans un article précédent sur le blog , j’explique aussi pourquoi le réseau social permet de digérer plus d’informations en un temps moindre. Bref, en quoi c’est un outil d’économie numérique au sens premier du terme. Car dans les 200 mails par jour (chiffre donné par Thierry Breton), 95% pourraient être lus « à la mode réseau social ». Il  Reste donc 5% qui ont un statuts particuliers, pour lequel une lecture diagonale ne suffit pas.

3ème effet : La permanence
Dans l’entreprise, les mails sont « perdus », une fois échangés que reste t il des décisions? Des bonnes idées? Des discussions? Comment un nouveau venu comprend la situation d’un projet alors qu’il n’a pas accès à l’historique des échanges? Le RSE résoud ce problème en rendant visible et pérennes les échanges.

Il n’empêche que le mouvement s’accélère : le mail, outil de productivité d’hier est mis au ban de la société numérique aujourd’hui. Regardez la place du Fax à l’heure actuelle… et vous avez une vision de ce que peut devenir le mail demain… C’est le destin propre aux innovations.

Maintenant, une autre question se pose. A quelle vitesse le RSE va-t-il s’imposer dans les entreprises ? Si on regarde dans le rétroviseur, le mail a mis plus de 20 ans (à partir des années 90) pour s’imposer dans les entreprises avant de trop en imposer… Et, comme le rappelle Raynald Fléchaut dans un article, dès 2004 le professeur de droit Lawrence Lessig avait parlé de « banqueroute de l’e-mail ». Bref, sept ans après le premier coup de semonce, le mail met un pied à terre.  A supposer même que tout va plus vite, allons, au double. Le réseau social mettra dix ans à s’imposer. Les premiers groupes à s’être équipés l’ont fait en 2007/2008. Donc, le point culminant sera atteint vers 2017. Et ATOS, avec son plan à trois ans, est effectivement un « pionnier »…

Enfin, quand le mail a été lancé, il s’agissait d’échanger des messages, comme les lettres. Aujourd’hui, c’est devenu à la fois, un « transporteur de fonds numériques » (documents, pièces jointes, zip etc…), un agent de sécurité (envoi de mots de passe, de certificats), un assistant personnel (envoi de to do, de dates dans l’agenda), une interface de lecture (texte, image, html), etc… Un vrai Minimir du numérique.

Que dire alors du réseau social d’entreprise ? C’est pire encore ! Non seulement il permet les tâches sus citées, mais il permet aussi de publier en ligne, de gérer les droits, de rechercher des informations, et plus encore : d’ajouter de nouvelles applications en son sein. Il devient alors LE système numérique central, celui qui absorbe tous les composants numériques de l’entreprise. Vous mesurez le bouleversement qui se trame ?!

Ce n’est pas simplement de la dépouille du mail dont le réseau social s’empare, mais c’est un ogre qui a pour ambition de manger l’informatique dans son intégralité.

Et si on regarde les forces en présence. Primo, la demande utilisateur est à la hauteur de ce qu’elle consomme tous les jours dans les réseaux sociaux du Web. Deuxio, les nouvelles approches (Cloud & Saas) permettent de s’affranchir des contraintes d’intégration et de déploiement. Tertio les gros acteurs (IBM, Microsoft, Oracle) sont de la partie. Il est fort à parier que lorsque ces trois planètes seront alignées, tout cela ira encore plus vite que ce qu’on aurait pu imaginer.

À propos de blogjamespot

Mené par 3 entrepreneurs dans le numérique depuis plus de 15 ans, Jamespot porte la vision que le Web transforme et accélère les nouveaux usages autour de l’information pour l’individu et dans l’entreprise. Jamespot édite le site éponyme Jamespot.com, un réseau social qui permet de communiquer à ses amis ce qui nous intéresse sur le Web en un simple clic. Jamespot.com c’est à ce jour, des dizaines de milliers de Spotteurs actifs répartis sur 12 pays. Fort de son succès croissant et de l’adoption spontanée de ce nouveau réflexe, sur le Web, Jamespot décline également une version professionnelle, Jamespot.Pro, pour l’entreprise 2.0 qui impulse la puissance du réseau social au business.
Ce contenu a été publié dans ++ de réseaux sociaux, billet d'humeur, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le mail remplacé par le réseau social… si vite ? Peut-être encore plus vite au final !

  1. Le Cairn dit :

    Bonjour,

    Il reste encore la 3eme voie, celle de l’intégration des mails et des réseaux sociaux d’entreprise telle l’approche de Mindup de calendra software qui permet de reconstituer les conversation mail sous la forme de carte heuristiques (mindmap) , et d’intégrer de manière dynamique ces schéma dans le réseau d’entreprise cible afin de capitaliser aussi sur les échanges . L’intégration est aujourd’hui disponible en standard avec sharepoint de microsoft , mais elle est envisageable sur n’importe quel réseau social d’entreprise . pour plus d’informations : http://www.calindasoftware.com/

  2. Ping : Du mail au réseau social en « images » | Spectrum Groupe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s